Archive for the ‘Cartes’ Category

Beuville, Savignac, André François et les buvards

31 mars 2010

Dans les années 50 et 60, s’il y avait un support publicitaire idéal pour les amateurs d’illustration, c’est sans doute du côté du buvard qu’il faudrait le chercher. Très facile à glisser dans un livre, on en retrouve parfois dans les ouvrages consacrés aux dessinateurs. Parmi nos favoris, les buvards de Georges Beuville, d’André François ou de Savignac occupent une place de choix. Souvent reprises des affiches ou des parutions presse, la plupart de ces images ont été initialement crées pour un support plus noble et plus visible. Il s’agit plus souvent d’un produit dérivé que d’une création à part entière et si ces grandes images ont été collectionnées par des enfants, ils sont aujourd’hui devenus grands-pères à leur tour, et il n’est pas rare de les retrouver à côté des portes clés en plastique et d’autres trèsors de pacotille pour une petite poignée d’euros.

Buvard pour « La Vache qui rit » par Georges Beuville

Buvard pour « La Vache qui rit » par Georges Beuville

Buvard pour « La Vache qui rit » par Georges Beuville

Raymond Savignac

André François

André François


Raymond Savignac

Raymond Savignac

Raymond Savignac

Publicités

Alain Saint-Ogan

3 février 2010

La Cité Internationale de la bande dessinée d’Angoulême inauguré lors de la dernière édition du festival en janvier, présentait en plus d’une centaine de planches originales (faisant partie du patrimoine de la bande dessinée mondiale) une série de figurines qui apportent un éclairage intéressant sur la notoriété d’Alain Saint-Ogan (disparu en 1974) le créateur de Zig et Puce, dont l’influence sur Hergé fut déterminante.

La notoriété du pingouin Alfred (qui fut longtemps l’emblème et la mascotte du festival avant de céder la place à l’Alphart d’Hergé et au gentil fauve de Lewis Trondheim) doit beaucoup à Jeanne Lanvin.

Il se déclinait sur de nombreux objets publicitaires et devint fétiche national, et même mascotte d’aviateurs (Lindbergh), totem de l’Union sportive du Metropolitan, boucle de sac à main, bouchon de radiateur, etc.
(Source: « Pierre Couperie in Zig et Puce au XXI e siècle »,Librairie Hachette, 1974).

Monsieur Poche et l’Ours Prosper ne sont pas en reste…

… Ils prêtèrent leur silhouette alerte à de beaux objets décoratifs qui sont directement passés de l’étagère de mémé au musée de la BD.

A visiter, le site de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image: http://www.citebd.org/

De l’art pharmaceutique à l’art cinétique!

11 janvier 2010

Nous vous présentons une série d’images réalisées par Vasarely avant de devenir l’artiste cinétique bien connu. Ces images étaient imprimés le plus souvent à destination des médecins. Difficile aujourd’hui d’imaginer l’importance que représentait pour les laboratoires l’enjeu de leur communication qui passait le plus souvent par l’humour et le graphisme.

Un article du magazine Graphis N°47 de septembre 1953, nous renseigne un peu plus sur ce phénomène largement disparu.
« L’art publicitaire au service des produits pharmaceutiques a généralement pour but d’apprendre comment traiter les gens à l’aide d’un médicament. Tout ce qui contribue visuellement à aider la dite mnémotechnie doit être considéré dans ce domaine comme de la bonne publicité, tandis que tout ce qui écarte l’esprit du message à transmettre est de la publicité mal comprise. (..) »

« Dans la mesure où l’industrie des produits pharmaceutiques n’a cessé de se développer, les exigences auxquelles doit satisfaire l’artiste graphique. (..) Les bonnes solutions publicitaires sont avant tout le fruit d’un travail de la pensée (..) »

« Les couleurs sont peut-être plus amusantes, mais elles ne sauraient, pour le succès, remplacer la réflexion ».

Aujourd’hui les produits génériques ont résolu le problème, les créations graphiques c’est plus automatique!

Publicité Neurotensyl

4 janvier 2010

Deuxième série d’images de notre rubrique consacrée aux images de publicité de laboratoires: Tartarin de Tarascon a été choisi pour vanter les mérites du Neurotensyl.

En 5 images sont résumées les aventures burlesques de Tartarin, le personnage d’Alphonse Daudet, chef putatif des chasseurs de casquettes de Tarascon, allant chasser le lion en Algérie, en route vers l’Atlas avant de revenir triomphalement au village, etc.

La chasse aux casquettes est peut-être un symptôme du traitement des troubles fonctionnels d’origine sympathico-endoctrinienne.

Le style des illustrations (peut-être dû au talent de Lucien Boucher sauf contre indication d’un spécialiste) accompagne à merveille les voyages du natif de Tarascon.

Labonannée 2010

1 janvier 2010

Dans les années 50/60 les laboratoires pharmaceutiques faisaient appel à l’inventivité des meilleurs graphistes et illustrateurs, non seulement pour fêter leurs voeux de bonne année, mais également pour vanter les produits pour soigner les bobos de l’hiver!

Ainsi si le laboratoire Logeais, grâce à Tulisan, inhibe la toux sans constiper, chez le docteur E. Bouchara, « au réveil du nez » leur gamme complète Biphérine couvre tous les besoins du nez et du Rhinopharynx.

Beaucoup d’illustrateurs ont démarré avec ces précieuses commandes. Sempé a ses débuts fit les beaux jours du laboratoire Le Brun, avec une série de 3 calendriers mythiques « Comment on s’enrhume » ainsi que Dubout (1956), Effel (1965), Cabu, Bellus et bien d’autres. On le sait moins, mais Vasarelly démarra sa carrière en vantant des produits pharmaceutiques avant de devenir le représentant de l’art cynétique dans les années 70.

De célèbres illustrateurs ou affichistes comme Chaval, Hervé Morvan ou Savignac se sont également illustrés sur le sujet. Nous posterons quelques images de temps en temps au gré des trouvailles en 2010. Toutes les informations sont les bienvenues sur ce sujet qui marrie l’art de l’illustration et de la pharmaceutique.